Revenir à Les sorties aux Musées

Avril 2018 Deutches Technikmuseum de Berlin

Fin avril, les élèves du collège du Bon Sauveur se sont rendus dans le capitale allemande ; outre la découverte historique de la ville à travers le musée DDR et Story of Berlin, la porte de Brandebourg et Checkpoint Charlie, les élèves du groupe Brevet d’Initiation Aéronautique ont eu l’opportunité de pousser les portes du musée Deutsches Technikmuseum créé en 1982 suit la tradition de nombreuses collections historiques des techniques qui se trouvaient à Berlin avant la deuxième Guerre mondiale.

Les petits normands, tant habitués à la visite des musées des plages normandes françaises, ont eu la chance cette fois-ci de pou voir étudier l’autre versant de la seconde guerre mondiale aérienne en découvrant les célèbres Fock Wulf Fw 190 et Messerschmidt BF110 et 109 qui faisaient face aux autres Spitfire et Hurricane au dessus de la Manche.

Ils ont également découvert l’histoire du bombardier au chocolat pendant la guerre froide :« Son pilote avait l’habitude d’attacher des tablettes de chocolat et d’autres sucreries à des petits parachutes pour les enfants de Berlin, et il les lançait par les fenêtres de l’avion juste avant l’atterrissage. » raconte Philippe Breteau l’un des deux accompagnateurs du voyage en Allemagne.

L’épisode du pont aérien de Berlin par les fameux DC 3 été également abordé : « Entre le 24 juin 1948 et le 12 mai 1949, lors du blocus de Berlin, l’Union soviétique coupe les accès à la partie occidentale de la ville enclavée. Les avions de transport américains et britanniques vont établir un pont aérien pour transporter un million et demi de tonnes de vivres, de blé, de charbon, de l’essence, des matières premières et des médicaments nécessaires à la survie des Berlinois de l’Ouest : cela correspond à 2 000 tonnes par jour !».

Cet avion mythique est encore bien visible suspendu au-dessus de l’entrée principale du musée qui invite à un voyage-découverte animé à travers l’histoire culturelle des techniques sur 25 000 m2. Ainsi les élèves français ont pu s’ouvrir de façon pluridisciplinaire à ces pages de notre histoire européenne si riche et complexe, en gardant en tête cette ouverture d’esprit si nécessaire pour les collégiens d’aujourd’hui.